Pourquoi mes thuyas brunissent ? 1/2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les thuyas, très utilisés comme haies de nos jardins, sont des plantes à la base relativement fragiles. Au fil des ans, ils ont été multipliés et croisés à grande échelle, les rendant encore plus sensible.

Ils craignent les excès d’humidité, les sols trop secs et les attaques parasitaires. Soit exactement les conditions climatiques que nous vivons depuis quelques années.

 

Quels sont les symptômes d’un thuya qui souffre ?

Le premier symptôme est un brunissement plus ou moins marqué, qui se répand petit à petit. Cela commence avec quelques branches, puis la plante entière dépérit. Très souvent les symptômes seront identiques, mais les causes sont multiples.

Le brunissement des thuyas est en effet dû à deux types d’attaques majeures :

  • les attaques cryptogamiques (champignons)
  • les attaques parasitaires (insectes).

Chaque typologie d’attaque peut émaner de plusieurs sources.

Dans cet article, nous évoquerons les attaques parasitaires. Un second article fera l’objet d’un traitement des attaques cryptogamiques.

 

Les différentes typologies d’attaques parasitaires (insectes)

 

  1. Le « Bupreste »

 

 

 

 

 

 

 

 

Il pond ses œufs sur le thuya. Les larves pénètrent dans les branches, rongent le bois et sortent par le tronc. L’adulte du bupreste du thuya est un insecte coléoptère de 7 à 10 mm de long, vert avec des tâches bleu foncées, aux beaux reflets métalliques. La larve, de forme aplatie avec un thorax très développé (on parle de larve « marteau »), mesure de 5 à 25 mm de long.

Le symptôme le plus visible est le brunissement et le dépérissement du feuillage situé au-dessus des galeries. La décoloration rousse des rameaux entraîne leur mort. Les dégâts sont d’abord localisés, puis le brunissement se généralise jusqu’à détruire la plante tout entière. On ne dispose pas aujourd’hui de traitement efficace contre le bupreste car il n’existe pas de produit homologué ayant un pouvoir pénétrant suffisant pour éliminer les larves.

Par ailleurs, il faudrait intervenir sur les adultes au moment de la ponte pour réduire les infestations. Et comme il est difficile de les observer, cette tâche est rendue quasiment impossible.

 

2. « L’araignée rouge »

 

 

 

 

Elle s’attaque aux thuyas qui sont près d’un mur, plantés en surplomb, ou qui ne reçoivent pas de pluie. Les araignées rouges sont en effet particulièrement attirées par la chaleur, les terrains secs et poussiéreux.

Les araignées rouges peuvent engendrer des dégâts considérables sur un thuya en bonne santé. Les symptômes sont un jaunissement ou une décoloration avec un aspect fatigué en période chaude (été). Ensuite l’arbre prend une couleur plombée, gris argent.

 

 

3. « Le Scolyte » (Phloeosinus canadensis Swaine)

 

 

 

 

 

 

 

Cet insecte forme de petits trous ronds ou ovales sur le tronc et provoque un écoulement de sciure. Ces parasites profitent de la faiblesse des végétaux pour creuser des galeries (scolytes), sauf dans le cas du bupreste qui s’attaque à des haies bien entretenues.

Il s’attaque aux arbres fruitiers (cerisiers, pommiers, poiriers…), aux conifères (thuyas, épicéas…) et aux arbustes à fleurs (rosiers, lilas…).Les parties atteintes meurent.

Leur prolifération est dûe à l’état d’affaiblissement des thuyas suite à un stress hydrique important. Les sécheresses répétées, ou encore la succession ces dernières années d’étés chauds et d’hiver doux favorisent l’expansion des scolytes.

 

Quel que soit le type d’attaques, il est bien difficile de sauver le sujet. Lorsqu’il est atteint, le thuya meurt dans une durée plus ou moins brève.

 

 

 

 

Partager sur:

Les commentaires sont fermés.